Variations

d’Earl Nelson
Mark Wilson Publications, 1979
ISBN 0-934514-00-3

Avec les histoires qui circulent que le livre classique de Earl Nelson, Variations, se vend sur eBay pour 250 dollars américains, je me suis dit qu’il serait intéressant de le relire pour voir quels perles s’y trouvent.

J’ai acheté Variations peu de temps après sa parution, sur le conseil de Howard Lyons. Pour ceux qui ont connu Howard, ou ceux qui ont lu Ibidem, ou ceux qui, tout simplement, respectent l’avis de celui qui a fondé le premier magazine de cartomagie ‘underground’, il s’agit là d’un louange sans pareil.

Variations est, en effet, un livre superbe. Il est plein de tours excellents, dont peu sont difficiles. Comme Earl explique dans la préface, la plupart des tours sont des variations de tours qui existaient déjà; certains ont été publiés, d’autres ne le sont toujours pas. Mais de croire que ce livre n’est “que” une collection de variantes serait injuste, surtout à notre époque où le mot ‘variations’ fait penser à des changements aussi importants que “je tiens la brisure avec l’annulaire plutôt qu’avec l’auriculaire” et “j’ai remplacé le saut de coupe par une double coupe”.

En effet, beaucoup des variations qu’Earl propose améliorent nettement les tours originaux. Il me semble qu’Earl a découvert quelque chose que beaucoup de magiciens, même des magiciens chevronnés, ont raté: bien de tours qui sont par ailleurs excellents, souffrent d’un encombrement technique qui diminuent l’effet du tour. Earl a éliminé cet encombrement en enlevant des parties redondantes [=qui répètent ce qui a deja été fait] et en remplaçant des séquences inélégantes, ce qui rend les effets bien plus magiques ainsi que plus convaincants.

Il est évident que les modifications qu’Earl apporte à ces tours sont dues à la compréhension du point de vue du spectateur. Par exemple, dans ‘Reset reset’, dans lequel les 4 as se transforment en 4 rois (qui étaient sur la table) avant de reprendre leur forme première, il a la bonne idée de ne pas insister pour montrer les 4 rois encore une à la fin du tour, comme décrit dans le tour original, parce qu’il trouve que cela diminue l’appréciation de l’effet chez le spectateur.

Les tours originaux sont de Paul Harris, Phil Goldstein, Ed Marlo, Michael Skinner, Frank Simon, Al Leech, Larry Jennings, Al Schneider, et d’autres. Dans la section ‘Cards’, vous trouverez, parmi d’autre perles, un filage utile, la magnifique ‘carte hantée’, qui glisse hors du jeu visiblement (et qui avait fait sensation lors de sa parution), des effets ‘sandwich’, et le tour légendaire ‘Sleeve Aces’, qui, à mon avis, vaut le prix du livre à lui seul. J’ai vu Michael Skinner faire ce tour lors d’une conférence en Europe au début des années 70; des milliers de tours que j’ai vu faire au fil des ans, celui-là est un des très rares tours où l’on éprouve, comme dirait Burger, une véritable expérience magique. (Pour être tout à fait honnête, je dois admettre que je ne sais pas si Michael avait présenté la version d’Earl, mais à mon avis, oui.)

La section sur les cartes et les pièces contient ‘Coined Card’, dans laquelle une pièce retrouve la carte choisie dans le jeu, ‘The $1.50 vanish’, dans lequel trois pièces disparaissent puis réapparaissent sous une carte, une production de 4 pièces, une à la fois, d’entre deux cartes, et quelques autres tours.

La section sur les bagues contient deux passes pour des routines de corde et d’anneau, et ‘Impromptu flying ring’, une jolie routine pour la bague au porte-clés dans lequel l’appareil n’a pas besoin d’être apprêté, parfait pour le ‘walk-around’ ou le ‘table-hopping’.

La section de tours bonus contient ‘Hit and run aces’, dans lequel les 4 as sont retrouvés avec la révélation ‘roulante’ de Ron Ferris (le point de départ du tour ‘Roll-over aces’ de Derek Dingle et de mon propre ‘Roll-over-kill’), et ‘The changing of the card’, dans lequel la carte à la face du jeu se transforme en une autre carte, malgré le fait qu’il y a une pièce de monnaie sur la carte.

Le livre se termine avec ‘Why and why not’, un essai court dans lequel Earl nous donne son avis sur certains aspects de la magie.

Alors, est-ce que ce livre vaut 250 dollars amériains? Ce n’est pas à moi de juger, mais si vous aimez la magie de qualité, vous pouvez aller sur eBay, ou contacter un marchand de livres de magie d’occasion, ou encore attendre jusqu’à ce que le livre soit réédité, ce qui pourrait très bien avoir lieu dans un avenir proche, d’après certaines rumeurs. Malheureusement, vous ne pourrez pas vous procurer un exemplaire chez Earl, puisqu’il n’en a pas.

Depuis la parution de cette critique, le livre a été réédité, avec des corrections, des nouveaux tours, des photos, etc. Il s’intitule maintenant Variations Revisited et est disponible chez tout bon marchand de trucs.