Bob Wagner's Master Notebook of Magic

de Bob Wagner
L&L Publishing, 1992
192 pages

Une ambiance. S’il y a un point commun entre tous les tours décrits dans ce livre, c’est bien l’ambiance. Plutôt que de présenter un tour tel quel, M. Wagner raconte une histoire pour lui donner un fond, et il emploie des accessoires non magiques pour rendre le tour vivant.

Mon exemple préféré est ‘Texas Poker’, une version de la donne de poker à 10 cartes. (Si vous ne connaissez pas ce tour: bien que le magicien donne au spectateur toutes les occasions de gagner à une partie de poker, même au point de lui laisser choisir ses cartes, le magicien gagne toujours.) Il raconte ‘… comment j’ai appris à jouer au poker à la façon texane, avec de grandes cartes et de grandes mises’, et il emploie dix cartes grand format, cinq pièces de monnaie géantes, un acte pour un puits de pétrole, un revolver, et une visière du genre employé par les donneurs de cartes. En voilà de l’ambiance!

Les 57 pièces décrites dans ce livre sont divisées en cinq catégories. La section Fun and games, gambling (jeux et amusements) comprend une version du ‘Six-card repeat’ avec un thème de poker, où les 5 cartes restantes finissent par se transformer en quinte floche au format géant (et où il est question d’un billet de mille dollars pour faire un effet). Il y a aussi un bonneteau avec cartes géantes, un défi au O-X-O où le magicien gagne toujour, même en cas d’ex-aequo, une routine de course de chevaux avec une prédiction enregistrée préalablement (basée sur ‘Track record’ de Larry Becker), un tour basé sur les émissions de jeu (également basé sur un tour de Larry Becker), une carte à la fléchette, un bonneteau avec trois tasses, où le magicien devine correctement sous quelle tasse le spectateur a placé une boule noire, un jeu d’O-X-O mental, et d’autres tours encore.

Dans Parlour and stage magic (Magie de salon et de scène), il y a, entre autres, une version du tour de cordes Neff, où une corde semble exploser en deux, une routine avec une corde et deux anneaux, une démonstration de plusieurs façons de nouer une corde, une jolie présentation pour les baguettes chinoises, une routine de compas chinois avec un thème de panneaux de signalisation routière, une présentation logique pour la carte au citron, et une très jolie routine dans laquelle un foulard est visiblement retiré du fond d’une bouteille fermée (qu’on peut donner à examiner).

Pocket card index miracles explique comment fabriquer deux sortes de classeurs de cartes inventés par F. Powers, ainsi que plusieurs tours qui en font usage. Les classeurs sont d’un emploi facile et très rapide. À part quelques tours de prédiction directs, il y a un tour dans lequel une carte nommée apparaît dans un jeu de cartes à faces blanches, une prédiction avec une lettre-chaîne, une prédiction d’une carte et d’un numéro de roulette, et quelques tours plus élaborés. Certains de ces tours emploient le classeur de façon inhabituelle; il y a de quoi faire réfléchir dans ce chapitre.

Le coup de coeur, pour moi, c’est le faux mélange en abattant [?] décrit dans la section sur le classeur de cartes. Ce mélange garde le jeu entier en ordre et a l’air tout à fait innocent. Ce mélange, à lui seul, vaut le prix du livre.

La section Miscellaneous card magic (Tours de cartes divers) commence avec ‘The mystery of the queen’s diamond’ (le mystère du diamant de la reine), qui a gagné le prix du meilleur nouveau tour lors du congrès PCAM de 1962. Il s’agit d’une histoire de détective, avec casquette à la Sherlock Holmes, pipe et loupe, un revolver, des cartes géantes, une dame de carreaux qui pleure de vraies larmes, un roi de carreaux avec une dague qui dépasse de la carte, le coffre de la reine, une potence et un château (en triplex)! Dans l’ histoire, le roi est assassiné et les diamants de la reine ont été volés. Un spectateur choisit une carte pour représenter le coupable, et tous les invités sont mis à l’échafaud, mais ils sont tous libérés — sauf le coupable, qui est ‘pendu jusqu’à ce que son visage devienne bleu (ce qui se réalise, bien sûr), et les diamants volés sont retrouvés. Quelle jolie pièce de théâtre!

Il y a aussi une routine pour ‘Joanne the card duck’ (le canard qui retrouve la carte choisie), une carte et un foulard qui se retrouvent dans un ballon de baudruche (le tour emploie l’appareil pour la carte au ballon), une révélation de quatre cartes où la carte à la face du jeu change plusieurs fois, bien que le jeu soit dans un verre), une révélation de treize cartes, un joli tour où un spectateur joue le rôle d’un génie dans une bouteille, lit une script et trouve une carte préalablement choisie, et plusieurs autres effets.

La dernière section, Occult Magic (Magie occulte), contient plusieurs routines mentales. Dans ‘Musical chairs’ (un jeu d’enfant), le magicien parle d’avoir rêvé du jeu du même nom, mais au lieu d’avoir vu des gens courant autour des chaises, il a vu une chaise courant autour d’un groupe de personnes. Une chaise miniature est passée de spectateur en spectateur jusqu’à ce que la musique s’arrête. La personne qui a la chaise en main à ce moment choisit un numéro, la carte qui se trouve en cette position dans le jeu est montrée, et une prédiction qui a été tenue par un spectateur est montrée également — la prédiction se révèle être correcte. Cette routine est basée sur un tour de Gerald Kosky.

Il y a aussi une [seance] séance spirite pour Houdini, un tour avec des porte-bonheur, un jeu humoristique de questions et réponses, deux routines avec un jeu ESP, une prédiction d’un symbole de carte ESP et d’un nombre de quatre chiffres, une triple divination, et d’autres encore.

Je me dois de vous dire que le texte du livre reproduit l’écriture de l’auteur, au cas où ce genre de chose vous déplaît. L’écriture est néanmoins très lisible.

Je trouve que le texte de certains tours est un peu ‘plat’, mais comme le texte d’un tour doit de toute façon être réécrit pour s’accorder avec celui qui le présente, ceci ne devrait causer aucun problème. Pour éviter de froisser, il vaudrait mieux mettre certains gags et blagues à jour.

En tout, Bob Wagner’s Master Notebook of Magic est non seulement un livre excellent de magie divertissante, mais aussi un excellent point de départ pour trouver de nouvelles routines et présentations. Je vous le recommande vivement.